Accueil - Rubriques

 


 

TRAITEZ VOTRE WESTFALIA COMME IL LE MÉRITE  SANS Y LAISSER VOTRE CHEMISE  

 

Les Westfalia sont, comme nous le savons tous, de petits véhicules merveilleux mais un peu capricieux. Il faut les traiter aux petits oignons pour qu’ils ronronnent bien. Votre meilleur allié pour garantir une belle et douce vie à votre West est votre mécanicien spécialisé. Un bon carrossier peut aussi lui refaire une beauté lorsque nécessaire. Mais qu’il s’agisse de la mécanique ou de la carrosserie, mieux vaut encore prévenir que guérir. 

Je suis un passionné de Westfalia depuis mon enfance, et j’en ai toujours possédé un depuis 1992. J’exploite aussi un atelier de réparation (mécanique et carrosserie) consacré exclusivement aux Westfalia. J’ai de fort nombreuses années d’expérience à mon actif, et à ce titre j’aimerais vous donner quelques conseils pour assurer, au meilleur prix, le bon entretien de votre précieux West. 

SOINS DE LA MÉCANIQUE

Votre mécanicien préféré a beau être compétent et être même spécialisé en réparation de Westfalia, mais il aura toujours besoin de votre aide pour mettre le doigt sur le bobo, surtout si vous êtes aux prises avec un problème mécanique intermittent. Il vous posera probablement beaucoup de questions. D’ailleurs, il y aurait lieu de douter de la compétence et de l’intégrité d’un mécanicien qui n’en pose pas. Or si vous êtes bien préparé à répondre à de telles questions, vous sauverez beaucoup de temps. Et dans ce domaine comme dans tous les autres, le temps c’est de l’argent.  

SOINS DE LA CARROSSERIE

La prévention est également la meilleure avenue pour assurer longue vie à la carrosserie de votre véhicule. Voici quelques mesures préventives qui vous permettront de garder la carrosserie de votre Westfalia en bon état le plus longtemps possible.            

Ne me quitte pas    

La règle numéro un pour conserver la carrosserie de votre West en bon état est de la laver régulièrement. Il faut porter une attention particulière au bas du véhicule car, comme vous l’avez sûrement remarqué, c’est généralement là qu’apparaît d’abord la rouille. Une carrosserie sale ou encrassée retient davantage l’humidité et l’emprisonne, ce qui favorise le développement de la corrosion. 

Après le nettoyage, inspectez bien l’état de la peinture, surtout aux endroits critiques comme les bas de caisses et les bas de portières (tant à l’intérieur des portières qu’à l’extérieur). Au besoin, vous pourrez faire quelques retouches au moyen d’un petit pinceau, ou faire appel à un carrossier pour un travail professionnel.

 

En toutes saisons, évitez à tout prix de stationner longuement ou de remiser votre Westfalia sur la pelouse car l’humidité que celle-ci dégage constamment s’attaque aux voitures. J’ai souvent vu des véhicules se détériorer ainsi d’une façon incroyable en l’espace de seulement 5 ou 6 mois. Idéalement, il vaut mieux ne jamais circuler en hiver avec votre Westfalia. Mais si vous n’avez pas d’autre choix, faites appliquer annuellement un bon enduit antirouille qui ne coule pas. Un antirouille trop fluide abîme immanquablement les caoutchoucs des portières, qui sont très chers à remplacer.

 

Pour le remisage hivernal de votre Westfalia, l’idéal est de le stationner à l’intérieur d’un bâtiment pour le protéger des intempéries, y compris des nocifs rayons du soleil. Ce bâtiment n’a pas besoin d’être chauffé, mais il faut absolument que l’air y soit sec. L’humidité de l’air ambiant ou du plancher est le pire ennemi d’un véhicule entreposé.

 

Petit truc en passant : pendant le remisage hivernal, il est inutile de retirer la batterie du véhicule pour la mettre au chaud. Déconnectez la borne négative mais laissez la batterie en place. Le froid ne la détériorera pas. Ma dernière batterie a duré 10 ans avec cette méthode.

 

Finalement, une dernière recommandation : n’attendez pas que la corrosion ait endommagé l’ensemble de votre véhicule pour le faire réparer, car il est beaucoup moins coûteux d’effectuer une réparation partielle – de temps à autre et au besoin – qu’une restauration complète.

 

Dis-moi ce qui ne va pas

Voici quelques-unes des questions les plus courantes qu’un mécanicien est susceptible de vous poser dans le but de localiser le problème avec davantage d’efficacité et de rapidité :

Lorsque le problème mécanique se manifeste…

.… quels en sont exactement les « symptômes »?

.… détectez-vous des bruits suspects?

.… à quel moment cela se produit-il généralement? (au démarrage? lors de l’accélération?)

.… le moteur est-il alors à sa température de fonctionnement normale?

.… vous roulez depuis environ combien de temps?

.… circulez-vous sur l’autoroute, sur une route de campagne, ou en milieu urbain

.… quelle est généralement la température extérieure? Chaude ou froide?

.… le temps est-il généralement sec, humide, ou même pluvieux?

.… est-ce que ça se produit en grimpant ou en descendant une côte?

.… est-ce que ça se produit en tournant à gauche ou à droite? 

Croyez-moi, tous ces détails sont souvent d’une importance primordiale dans le processus de résolution des problèmes mécaniques. Ce serait une excellente pratique de noter tous ces détails avec précision dans un carnet. Un bon mécanicien vous félicitera de l’avoir fait car il perdra ainsi moins de temps en recherches inutiles. Et par conséquent, vous y gagnerez sur vos factures de réparations. 

D’autre part, n’oubliez pas qu’un bon entretien préventif permet de prévenir la plupart des pannes routières. Mieux vaut prévenir que guérir. Faites inspecter votre véhicule par votre mécanicien au moins une fois par année, ainsi qu’avant votre départ pour un long voyage. Ça vous évitera sans doute de vivre bien des désagréments et même d’écourter parfois vos vacances à cause de grosses dépenses imprévues. Lors de l’inspection, insistez pour que votre mécanicien effectue un essai routier puisque c’est encore la meilleure façon de détecter des bruits ou comportements suspects.

 

 

                                                                                                                                                    René Caux  

 

 

Retour haut de la page